Magali, responsable La croisière chez Amplitudes

Magali, Responsable de l’agence La Croisière

Prénom : Magali
Type de voyageur : Une aventurière prévoyante qui aime voyager loin des foules mais proche des locaux. J’apprécie les croisières à la voile car elles ont cet avantage de permettre de s’approcher des lieux touristiques en dehors des heures d’affluence.
Signe particulier : Je suis une voyageuse hyperactive avec les yeux toujours grands ouverts. Pendant la navigation, je vais contempler l’horizon, scruter la surface de l’eau… J’aime être occupée en permanence !
Voyage idéal : Des reliefs, des paysages désertiques mais aussi bien l’océan à perte à vue… Le tout dans un environnement sécuritaire.

« Assis sur un trottoir de Bali, nous étions cinq à prendre l’apéritif avec les habitants. À cet instant, j’avais cette impression incroyable d’appartenir à la population. »

Culture indonésienne, sur les routes de Bali
Sur les routes de Bali

Rencontre avec Magali, responsable de l’agence La Croisière. Passionnée par l’univers des voyages en mer sur mesure, cette « aventurière organisée » connaît les eaux et les courants du monde sans la moindre boussole. Avant son départ pour une croisière professionnelle sur le Rio Napo, aux confins de l’Amazonie équatorienne, elle nous dévoile quelques-uns de ces plus beaux souvenirs de voyages.

Comment es-tu devenue Responsable de l’agence La Croisière ?

L’archipel bohème, les Grenadines
L’archipel bohème, les Grenadines

J’ai commencé à naviguer en 2006, une croisière en catamaran entre la Martinique et la Guadeloupe. Ont suivi les Grenadines, les Seychelles, la Polynésie… Cette attraction pour l’océan est née via la vente de croisières à la voile. Durant mon parcours professionnel, j’ai pu faire autant de la vente que de la production chez un tour opérateur. J’ai également travaillé dans une marina. Pendant cette période, des déplacements professionnels au Marin, en Martinique, m’ont permis de collaborer avec les équipes sur place et de me familiariser avec le vocabulaire technique du secteur nautique, des « guindeaux » aux « filets de sécurité »… L’univers maritime me colle à la peau et, lorsque j’ai finalement rencontré José Martinez pour l’ouverture de La Croisière, j’ai senti que le contact était bon et le projet beau.

Qu’est ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

Conseiller et susciter l’envie autour de lieux auxquels le voyageur n’aurait jamais songé de lui-même mais qui s’accordent parfaitement à ses aspirations. Mers, fleuves, océans… En croisière, la panoplie est infinie et j’apprécie ne jamais avoir à vendre le même voyage. Ma préférence va cependant à l’organisation des croisières d’expéditions polaires. Un rêve ! Mais, quand une famille composée de trois générations vient me voir pour réserver le voyage de leur vie, l’histoire est aussi très belle.

Quel voyage t’a le plus marqué parmi ceux que tu as organisés ?

Sans hésiter une croisière d’exception pour les 50 ans d’un client, passionné de grands espaces et de montagnes, qui s’est offert un voyage en Arctique entre le Spitzberg, le Groenland et l’Islande. À son retour, il est gentiment venu me montrer toutes ses photos et vidéos. C’était comme je lui avais présenté, mais en mieux ! Un voyage d’une vie, comme j’ai eu la chance d’en organiser plusieurs récemment, de ceux qui nous font réaliser que dans 20 ans peut-être, nous ne pourrons plus voir les mêmes paysages…

Vous pouvez d’ailleurs consulter le retour d’expérience de notre client sur le blog « Expédition Iles Arctiques : avis et récit client ».

Pour toi, l’Amazonie c’est ?

Une atmosphère. Une forêt dense où l’on se suffit des bruits et des odeurs. Il ne faut pas forcément être à l’affût de grands animaux et accepter de ne pas tout voir. On s’amuse à contempler les fourmis qui transportent de grandes feuilles, les énormes termites et nids de guêpes… Nous sommes dans leur habitat et c’est ce qui rend ce lieu si unique. Les arbres – gigantesques – contrastent quant à eux avec l’absence des Hommes. On croise d’ailleurs peu de bateaux ou alors ce sont des embarcations qui emmènent les enfants à l’école.

L’Amazonie est une bonne façon de déconnecter, s’évader et se ressourcer. Nos cinq sens sont mis en exergue : la vue pour les couleurs, l’ouïe pour les bruits des animaux, le toucher pour les arbres… On y vient pour y découvrir une biodiversité impressionnante qui sensibilise l’Homme à l’environnement. Il faut savoir que l’Équateur abrite seulement 2% de la forêt amazonienne mais cela correspond à 48% du pays !

Qu’est ce qui te fascine le plus dans la culture de cette région ?

Le peuple quechua, une communauté simple qui vit en harmonie avec la nature. En allant à leur rencontre on peut discuter avec eux de l’environnement dans lequel ils vivent. Leur culture nous ramène à l’essentiel : je suis en bonne santé, j’ai de l’eau et de quoi me nourrir.

Les 3 étapes phares d’un voyage en Équateur :

  • S’arrêter à Quito pour découvrir ses églises et ses vieilles dames aux habits d’antan.
  • Une semaine pour sillonner les terres et montagnes : Otavalo, Cuenca, Guayaquil…
  • Finir par une croisière de 4 nuits minimum et découvrir le Parc national Yasuni.

Si l’Amazonie est une terre d’aventure par nature, sa découverte peut se prêter à tout le monde. Cette croisière est très accessible et ne nécessite pas de grandes conditions physiques. Je la conseille pour des voyageurs d’un certain âge qui cherche un retour aux sources.

Si tu étais un pays ? 

De beaux espaces, perdus dans les fjords de Norvège
De beaux espaces, perdus dans les fjords de Norvège

Je n’ai pas encore visité le pays qui me correspond. Je pense que la Norvège est une terre qui m’irait bien car elle conjugue la beauté des grands espaces avec le sentiment d’être seul au monde. Le Brésil pourrait tout aussi bien me plaire avec ses panoramas sauvages, des chutes d’Iguazú à l’Amazonie, également omniprésente sur ce territoire.

Ta meilleure découverte culinaire ?

Quand je repense au tataki de thon dégusté dans un petit restaurant indonésien, au cœur de la ville balinaise de Kuta, j’en ai des frissons [rires]. Nous étions quatre à barouder entre Gili, Lombok et Bali et j’ai insisté pour y revenir ! À Bali, il y a aussi eu les brochettes de poulet satay. Enfin, une bonite juste pêchée et cuite au barbecue que nous avons dégusté sur notre catamaran aux Seychelles. Un régal !

Ville ou nature et farniente ou aventure ?

Nature et aventure. Dans mes voyages je pars souvent sur des îles qui se prêtent au farniente, pourtant, j’ai besoin de m’occuper. Je pars découvrir les terres, je fais de la plongée ou du snorkeling…

Sur ta Bucket List de voyage ?

Bienvenue dans l’immensité glacé du Spitzberg
Bienvenue dans l’immensité glacée du Spitzberg

Le Spitzberg, le Scoresby Sund au Groenland, la Norvège… la glace... Ma prochaine étape sera d’ailleurs le Grand Nord canadien pour aller voir les aurores boréales et faire du chien de traîneau dans la région du Yukon. Parmi les destinations chaudes, le Brésil figure tout en haut de ma liste.

Le plus beau paysage que tu aies vu ?

Balade sur les plages granitiques des Seychelles
Balade sur les plages granitiques des Seychelles

L’Indonésie lors d’une plongée bouteille avec les raies léopards, la cité de Tulum au Mexique, les gros blocs de granit aux Seychelles pour ce côté à la fois sauvage et carte postale… Il y a aussi l’ambiance authentique de la Thaïlande de 2001…

Ta rencontre animalière la plus mémorable ?

Balade d'un banc de dauphin dans l'archipel Polynésien
Balade d’un banc de dauphins dans l’archipel polynésien

Pour mon voyage de noces, nous sommes partis pour une croisière en catamaran en Polynésie Française. Nous naviguions tranquillement lorsque soudain, un banc de dauphins a surgi des eaux. À cette période de l’année, ce n’était pourtant pas la saison. Le skipper nous a autorisé à sauter pour les rejoindre et nager avec eux. Ce fut un moment remplit d’émotions, j’en suis ressortie avec les larmes aux yeux. Les bébés dauphins s’approchent si près de nous que l’on se demande qui de l’Homme ou l’animal est le plus curieux. Nous flottions parmi eux, au cœur du Pacifique, avec cette impression d’être à la fois seuls et accompagnés. On entendait le sifflement des mamans dauphins appelant leurs petits… Un moment imprévisible comme seule la nature en réserve…

L’événement culturel auquel tu aimerais assister ?

Le Carnaval de Rio au Brésil pour l’ambiance, les couleurs, la musique, les costumes et les danses. L’événement s’étale sur une semaine, 47 jours avant Pâques.

Combien de tampons dans ton passeport ? Le plus précieux ?

Une petite quinzaine, La Thaïlande, la Turquie, les États-Unis, la Polynésie, les Seychelles… Le plus précieux reste l’Indonésie où je suis partie en sac à dos 3 semaines avec des amis à travers Bali, les plages de Lombok et les îles Gili.

Dernier voyage ? Et le prochain ?

Les Cyclades en croisière avec mes enfants. Il n’y pas besoin d’aller loin pour en prendre plein la vue !

Le prochain : une croisière professionnelle en Équateur pour découvrir l’Amazonie au fil du Rio Napo. J’aimerais retrouver l’ambiance d’une vraie forêt, comprendre l’environnement dans lequel se trouvent les minorités et vivre une expérience de navigation inoubliable avec l’équipe de bord. Je pars pour une croisière de 4 nuits mais il en existe une de 7 nuits que je conseille encore davantage.

Pour suivre la croisière de Magali au jour le jour, rendez-vous dès lundi, sur Instagram et tous nos réseaux sociaux.

Le voyage continue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *