Voyage à motocyclette - Che Guevara - Amplitudes

Voyage à motocyclette de Che Guevara

S’il est un art propice à l’évasion, c’est bien la lecture. Notre série « tour du monde littéraire » a pour objectif de vous faire voyager en suivant les traces de personnages qui ont sillonné les routes du monde. Ce premier numéro est consacré au livre Voyage à Motocyclette de Che Guevara. De l’Argentine au Venezuela, l’itinéraire de son périple a inspiré nos créateurs de voyages pour l’élaboration de notre circuit « Sur la route du Che ».

Brève présentation du livre

Titre du livre : Voyage à motocyclette : latinoamericana

Auteur du livre : Ernesto Che Guevara                   

Date de parution : 1994

Résumé : Voyage à motocyclette raconte le premier grand voyage d’Ernesto Guevara et son ami, Alberto Granado. Chevauchant une vieille Norton 500, affectueusement surnommé «Poderosa II», les deux jeunes gens répondent à l’appel de la route, le saint-graal de cette « Beat Génération ». Lorsque leur monture rend l’âme, le petit et le grand Che se confrontent à la réalité des populations locales. Cette traversée aventureuse se transforme en un véritable voyage initiatique, nourrit de fragments de vies qui s’entrecroisent.

L’itinéraire

Portés par notre rêverie, nous sommes arrivés dans de lointains pays, nous avons navigué sur des mers tropicales et visité toute l’Asie. Et soudain, glissée en passant comme faisant partie de nos rêves, la question a jailli : – Et si nous allions en Amérique du Nord ? 

C’est ainsi qu’Ernesto Guevara a décidé de suivre Alberto Granado pour une aventure de 8 mois, traversant l’Amérique Latine et avec l’objectif initial d’atteindre les États-Unis. 

Voyage à motocyclette - Che Guevara - Amplitudes
Le voyage de Che Guevara en images

L’Argentine : le début du voyage

29 décembre 1951 : c’était le grand jour. La Poderosa II était fin prête à quitter San Francisco et parcourir les milliers de kilomètres qui l’attendaient. Désertiques et baignés de reliefs aux couleurs multiples, les paysages du nord-est de l’Argentine sont immobiles et persistent dans le temps. La sensation de liberté est ici reine et donne le ton de ce voyage au cœur de l’Amérique Latine.

En rejoignant la capitale de l’Argentine, la côte Atlantique se dessine et l’air se fait marin. Ernesto est de retour à Buenos Aires, ville où il étudie la médecine depuis déjà quelques années. De quartiers chics en villas miserias, cette métropole de contrastes, perdue entre océan et terres australes, s’est transformée à deux vitesses. Pour saisir l’essence de la ville, on découvre le quartier de la Boca et ses façades colorées, on admire une représentation de tango ou on reste béat face aux buildings de Puerto Madero… Mais s’il est un paysage resté inchangé, c’est celui de l’océan. Celui-là même que notre futur révolutionnaire, en 1952, été venu admirer à Mar Del Plata et dont il écrivait d’ailleurs :

La pleine lune se profile sur la mer et couvre les vagues de reflets argentés. […]. Pour moi, la mer a toujours été une confidente, une amie qui engloutit tout ce qu’on lui raconte sans jamais révéler le secret confié et qui donne le meilleur des conseils : un bruit dont chacun interprète le sens comme il peut.

Voyage en Argentine - Mar del Plata - Amplitudes
Une pause à Mar Del Plata

Après ces quelques jours à se délecter des plaisirs balnéaires de la capitale, Ernesto et Alberto se rendent un peu plus au sud, à « Los Medanos ». Ici, les dunes de sable blanc tranchent avec les montagnes rougeoyantes et les arbustes résistants. Avec sa toile de fond colorée, le paysage laisse place à la rêverie. Pas étonnant donc que dans leur quête de liberté, Fuser (E.G) et Mial (A.G) aient choisi ce lieu comme étape dans leur pays natal.

Voyage en Argentine - Medanos - Amplitudes
Les dunes dorées de Medanos

Nous nous sommes remis en marche, longeant des lacs de tailles diverses, entourés de bois très anciens ; le parfum de la nature nous caressait les narines.

De retour dans les terres, les deux aventuriers ont rejoint Bariloche, porte d’entrée à la mythique route des 7 lacs et ses 107 kilomètres de long. Sur les flancs de la Cordillère des Andes, suivez les méandres qui traversent des cimes enneigées et de vastes étendues de forêts de coihues et de lengas, typiques de la fameuse Patagonie. Juste avant d’atteindre le Chili, deuxième pays de son grand voyage en Amérique Latine, Che Guevara écrivait :

Sur la cordillère, […], se trouve un belvédère qui permet de contempler un joli panorama du sol chilien : c’est une sorte de carrefour — du moins l’était-ce pour moi à ce moment-là. À cet instant, je regardais vers le futur, vers l’étroite frange chilienne et ce que je verrais par la suite.

Voyage en Argentine - Route des 7 lacs - Amplitudes
Au cœur du Parc national Nahuel Huapi…

Remonter le Chili : un kaléidoscope de paysages

Le 14 février 1952, suivant l’aura de Neruda, poète chilien si cher à Guevara, les deux amis foulaient enfin les terres voisines du Chili. Avides de découvertes, ils y admiraient des paysages variés mais surtout des visages amicaux pendant une traversée de plus de deux mois. Adossé à la Cordillère des Andes, véritable rempart de feu et de neige, le Chili est le pays de la démesure géographique. À votre tour, imaginez parcourir de bas en haut cette fine bande de terre, longue de 4 300 km. 

Voyage en Argentine - Volcan Osorno - Amplitudes
Panorama du somptueux volcan Osorno

La région des lacs chiliens offre autant de paysages saisissants que sa voisine argentine. Aux alentours de Peulla, les eaux vertes du lac Esmeralda, la fraîcheur des cascades de Petrohue ou la beauté du volcan Osorno ponctuent la route. Ces panoramas ne laissent nulle place au doute, nous sommes en Patagonie. Sur le trajet de Temuco, regardez la nature se transformer et revêtir une robe aux teintes verdoyantes comme le décrivait si bien Ernesto :

Nous avons quitté Osorno. Toujours vers le nord, mais maintenant à travers la magnifique campagne chilienne, toute en parcelles cultivées, en contraste avec notre Sud si aride. 

Temuco, qui a accueilli Ernesto et Alberto au cours de leur périple est aussi le lieu où la Norton 500 a définitivement rendue l’âme, transformant les voyageurs motorisés en de véritables vagabonds. Cette ville aux maisons basses est située dans la région de l’Araucanie, qui abrite historiquement les « Gens de la Terre » ou les Mapuches. Incas d’abord, espagnols ensuite, ce peuple indigène a longtemps dû combattre pour défendre son territoire. En voyage au Chili, n’hésitez pas à venir à la rencontre de ces hommes et femmes, pour mesurer l’attachement qu’ils vouent à leurs terres.

Voyage au Chili - Les Mapuches - Amplitudes
Dans les archives des Mapuches

Lors de son passage à Santiago du Chili, centre névralgique du pays, Ernesto comparait le lieu à Córdoba, une petite ville de province argentine. Or, si la capitale ne comptait que 300 000 habitants au début du 20ème siècle, elle vibrionne aujourd’hui sous une marée humaine de 7 millions d’habitants. Le centre historique et ses édifices coloniaux, le quartier Bellavista et ses maisons bariolées ou encore Cerro San Cristobal et sa colline qui s’apparente à un écrin naturel au cœur de la ville… En voyage au Chili, n’hésitez pas à profiter d’une halte santiagoise pour découvrir ces multiples attraits.

Voyage au Chili - Santiago - Amplitudes
Une vue santiagoise

Nous avons entrepris notre voyage vers Valparaíso sur une magnifique route de montagne, un des plus beaux sites que peut offrir la civilisation lorsqu’elle prend la place des vrais paysages naturels (comprenez : non souillés par la main de l’homme).

Valparaíso est incontestablement une étape forte du voyage d’Ernesto. Dès les prémices de son voyage dans la ville, il exprimait son enthousiasme pour le paysage environnant. Rien d’étonnant puisque, bohème par excellence, cette ville, déclarée Patrimoine de l’Humanité, inspire depuis longtemps poètes et écrivains. Véritable labyrinthe d’escaliers sans fin, de ruelles étroites et peinturlurées et de funiculaires au charme de l’ancien, elle est la fidèle représentante du caractère chilien.

Voyage au Chili - Valparaiso - Amplitudes
Les mille teintes de Valparaíso

Guevara et Granado faisaient preuve d’une détermination sans faille à visiter l’île de Pâques, où le regard énigmatique des moais règne en maître. Les mystères de ce petit bout du monde, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, ont toujours attiré explorateurs, archéologues et anthropologues. Si après une expérience clandestine loupée à bord du San Antonio, Ernesto et Alberto n’ont pas pu réaliser ce rêve, il vous tend aujourd’hui les bras. Foulez ces terres envoûtantes et découvrez la culture de cette grande civilisation pour toucher du doigt l’essence même de cette contrée.

Suite à cette mésaventure, Ernesto et Alberto ont continué leur route jusqu’à la ville côtière d’Antofagasta. Enclavée entre le Pacifique et un cordon montagneux, elle laisse place au célèbre désert chilien. La Vallée de la Lune et ses formes naturelles taillées dans la roche par l’érosion, le Salar d’Atacama et sa plaine de sel dentelée ou encore les lagunes surréalistes qui se font oasis au milieu du désert… autant de paysages emblématiques du Chili. Votre voyage dans cette immensité désertique, surplombée par les fumerolles des volcans, liera en toute harmonie confort et aventure, loin des conditions difficiles de la traversée de nos deux aventuriers.

Voyage au Chili - Désert d'Atacama - Amplitudes
Le panorama sélénite de la Vallée de la Lune

Dominée par le mont Dragon, une dune de sable de plus de quatre kilomètres de long, la ville balnéaire d’Iquique a accueilli nos deux amis au cours de leur traversée. Littéralement « lieu de repos » dans la langue des indiens Aymaras, la ville se transformera pour vous, comme pour tout un essaim d’otaries, en une douce pause scandant votre voyage dans la Cordillère des Andes. Aussi, votre route vous mènera-t-elle peut-être au sein de la « Porte du Nord », Arica, comme le Che avant vous. Si vous ne rêvez que de soleil, cette « ville de l’éternel printemps » vous comblera.

Voyage au Chili - Iquique - Amplitudes
La rencontre entre l’immensité désertique et le Pacifique

Les nombreux kilomètres qui séparent Iquique d’Arica défilent entre montées et descentes continuelles qui nous emmènent de plateaux arides en vallées […].

Le Pérou : une étape phare du voyage du Che

Le 24 mars 1952, les deux argentins démarraient une aventure de plus de trois mois à travers le Pérou. Comme eux, du nord au sud, de l’ouest à l’est, on part s’imprégner de la richesse, tant culturelle que naturelle, de cet eldorado de la culture inca.

Voyage au Pérou-paysage péruvien - Amplitudes
Portrait du Pérou

Les pics enneigés nous regardaient de toutes parts et des troupeaux de lamas et d’alpagas observaient d’un air indifférent le passage du camion, tandis que quelques vigognes sauvages fuyaient rapidement cette présence perturbatrice. 

Les premiers paysages péruviens qui s’offraient au Che étaient ceux de la région de Tacna. Suivez les traces de notre célèbre vagabond et de son acolyte, en foulant à votre tour ces zones désertiques, volcaniques et montagneuses qui cohabitent avec des vallées fertiles, des eaux thermales et des lagunes infinies. Cette région céleste mène à Puno et sa sœur jumelle, Juliaca, derniers rivages avant le lac Titicaca, véritable petit joyau d’authenticité.

Le lac sacré ne montrait qu’une petite partie de son étendue, car les langues de terre qui limitent la baie où Puno est édifié le cachaient à notre regard. Quelques embarcations en jonc flottaient sur les eaux tranquilles et un petit bateau de pêcheurs s’engageait vers la sortie. 

Voyage au Pérou - Le lac Titicaca - Amplitudes
Le lac Titicaca et ses îles flottantes

La mythologie inca considère le lac Titicaca comme la matrice d’où aurait jailli le monde. Naviguer sur ce lac sacré est un incontournable, que l’on soit le futur « comandante » ou un voyageur du 21ème siècle. C’est ainsi que le 27 mars, Ernesto est parti à la découverte de cette immensité bleue, où des confettis d’îles flottantes, faites en roseau, semblent être tombées du ciel, pour abriter aujourd’hui plus de 2 000 habitants.

Lové entre des montagnes brunes, Cuzco ou le « nombril du monde » en quechua, classé Patrimoine mondial de l’Humanité depuis 1983, renferme une richesse historique d’envergure. Autrefois capitale de l’Empire inca, la ville s’est transformée sous le pinceau des espagnols durant la colonisation. Si ses idéaux ne lui ont pas permis d’apprécier la ville à sa juste valeur, Ernesto Guevara s’est en revanche pris de passion pour la civilisation Inca.  

Ce qui est sûr et ce qui compte, c’est qu’on se trouve ici face à l’e  xpression de la plus importante culture indigène d’Amérique. Une culture préservée du contact de la civilisation dominante et remplie, entre ses murs, morts d’ennui de ne plus exister, ou dans le paysage stupéfiant qui l’entoure, d’immenses trésors évocateurs. Un paysage qui procure le cadre propice au rêveur extasié qui erre à travers ses ruines.

Voyage au Pérou - Machu Picchu - Amplitudes
La magie du Machu Picchu

C’est ainsi qu’il s’est lancé à l’assaut d’une des sept nouvelles merveilles du monde : le Machu Picchu. Qui n’a pas un jour rêvé de se trouver au sommet de cette ancienne forteresse, au cœur d’une nature somptueuse ? Flânez sur les terrasses, touchez du doigt ces murs de pierre datant du XVème siècle ou palpez l’atmosphère de ce lieu qui fût pendant longtemps oublié… Autant d’expériences marquantes à vivre dans l’ombre des souvenirs du Che.

Continuant leur épopée à travers le Pérou, Ernesto et Alberto ont traversé Abancay, Huancarama ou encore Andahuaylas afin de rejoindre Lima. Ils se sont épris de cette « ville des rois », où ils sont restés plus de deux semaines. Aujourd’hui encore, la capitale du Pérou est effervescente et pleine de contrastes, mais elle est surtout une pépite culturelle, mettant en avant différentes périodes de l’histoire de l’Humanité. 

Voyage au Pérou - Lima - Amplitudes
Lima : la « ville des rois » et ses couleurs

Ici, l’art s’est stylisé, et je dirais presque efféminé. Les tours sont plus hautes, plus sveltes, les plus sveltes des cathédrales de la colonie. Le goût du somptueux a poussé […], pour suivre le chemin de l’or. Les nefs sont claires […]. Les tableaux aussi sont clairs, presque enjoués. 

À bord de La Cenepa, Che Guevara et Alberto ont rejoint un fleuve mythique, pour une navigation jusqu’à Iquitos. C’est dans ce véritable écrin urbain au cœur de la forêt amazonienne qu’ils ont décidé de poser leurs baluchons pour travailler durant près d’un mois. Pour accéder à cette ville atypique, deux solutions : voler ou voguer. Cet excellent point de chute vous permet de découvrir la faune et la flore endémique, à travers la Réserve nationale Allpahuayo-Mishana, le lac de Quistococha ou encore la Réserve de Pacaya Samiria. Observez-y des dauphins roses d’Amazonie, des jaguars ou encore des loutres géantes.

Nous regardions avec des yeux rêveurs l’orée tentatrice de la forêt, excitante dans sa verdeur mystérieuse.

La Colombie, Leticia et Bogotà

23 juin 1952 – Les faibles lueurs d’un petit village qui, selon ses caractéristiques extérieures, devait être Leticia, se profilaient sur la rive gauche du fleuve.

Voyage au Brésil - Foret amazonienne - Amplitudes
Sur l’Amazone…

À bord d’un radeau renommé Mambo, nos deux vagabonds ont entrepris une traversée de deux jours sur l’Amazone entre San Pedro, au Pérou et Leticia, en Colombie. Non accessible en voiture et située à la lisière de la jungle, cette jolie ville est un petit peu l’Iquitos colombienne. Profitez d’une croisière en Amazonie qui, préservant l’aura des explorations d’autrefois, se veut intimiste et confortable. Voguez au cœur des Parcs nationaux, sur les lacs couverts de nénuphars géants ou sur les terres des indiens Uitotos, Ingas ou Nukaks.

Il a suffi d’une heure-trente d’avion pour que nos deux Che retrouvent la civilisation à Bogotá, la capitale de la Colombie. Ici, la nature laisse place à une ville multiculturelle. D’une rue à l’autre, les constructions varient des plus modernes aux plus anciennes qui évoquent son passé colonial. Arpentez la place de Bolivar et ses alentours pour découvrir les belles demeures et églises ancestrales ou nourrissez votre esprit dans l’épicentre culturel de la ville : la Candelaria.

Voyage en Colombie - Bogotá - Amplitudes
Bogotá, entre nature et culture

Le Venezuela, le clap de fin 

Caracas s’étend le long d’une vallée étroite qui la ceint et l’enserre dans le sens de la longueur, si bien qu’on commence très vite à grimper sur les collines qui l’entourent et cette ville progressiste s’étale à nos pieds, tandis que l’on découvre un nouvel aspect de son visage aux multiples facettes.  

Le 14 juillet 1952, Ernesto et Alberto entraient sur le territoire vénézuélien, à San Cristôbal et se disaient au revoir à Caracas, la capitale, où Alberto avait choisi de rester travailler. Une dernière aventure de 10 jours avant qu’Ernesto, futur héros de la révolution, ne prenne un avion pour l’Argentine, transitant par Miami. Les États-Unis, enfin !

La fin d’un voyage, des souvenirs impérissables

L’objectif de ce voyage à travers l’Amérique Latine se voulait léger : deux jeunes gens partant à la découverte du monde pour goûter au romantisme de la route et de la liberté, mettant sur pause leur vie confortable. Mais il fût plus que ça. Il est incontestable que ce premier voyage a fortement influencé les choix de vie que le jeune Ernesto a ensuite fait et qui l’ont transformé en « comandante », une figure de la révolution. Il écrivit d’ailleurs :

Ma bouche transmet ce que mes yeux lui ont raconté. Notre vision fut-elle trop étroite, trop partiale, trop précipitée. […]. Peut-être, mais cette errance à travers notre Amérique m’a transformé plus que je ne le croyais. Moi, je ne suis plus moi. Du moins je ne suis plus le même qu’avant. 

Une chose est sûre, la tête pleine de souvenirs, votre retour de ce bout du monde sera aussi une révélation. Les yeux reflétant d’immenses paysages, les oreilles bercées d’histoires au fil de vos rencontres, le palais nostalgique de ces saveurs exotiques et la peau se remémorant la sensation de fraîcheur offerte par ce vent de liberté… Vous resterez à jamais sous l’emprise de ce doux voyage.

Partez en voyage sur les traces du Che

Pour aller plus loin

– Carnet de voyage, film de Walter Salles, 2004
Tiré de l’itinéraire que nous venons de vous présenter, ce film, récompensé par de nombreux prix, retrace en image ce grand voyage sur les routes de l’Amérique Latine. 

Second voyage à travers l’Amérique Latine, livre de Che Guevara, 2001
Guevara débute un nouveau voyage entre la Bolivie et le Guatemala, où l’intérêt touristique laisse place à des constats sociaux et politiques. Suivant sa destinée, il rencontre des opposants aux régimes dictatoriaux qui le mèneront jusqu’à Castro.

La guerre de Guérilla, livre de Che Guevara, 1961
Suite à la victoire de la révolution cubaine, Che Guevara souhaite théoriser son expérience. Il écrit donc ce livre, qui ambitionne de définir les caractéristiques de la guerre de Guérilla.

Patagonie Express, livre de Paul Theroux, 1988
Découvrant qu’il existe une ligne de train partant du Massachussetts jusqu’au grand plateau de la Patagonie, Paul Theroux part pour un long voyage en train. Ce périple qui le mène au bout de la ligne, mêle voyage et aventure mais aussi récit et drame.

Le voyage continue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *